Contact :  

                                                                      En FRANCE :                                         Enfance et malnutrition                                 14 promenade Cervantès   30900 Nîmes   04 66 40 13 88  /  07 81 60 66 84  contact@enfance-et-malnutrition.org                            

 

MADAGASCAR : 

Association  Ny Aminay                             305 Ambohimahasoa                                   00 261 34 73 512 69                                                

Chiffres clés en 2017 :

 

Notre intervention couvre 12 quartiers soit 920 familles et se traduit par :

  1. Les actions contre la malnutrition de 1005 enfants moins de 5 ans
  2. Une école maternelle avec 90 enfants de 3 - 5 ans
  3. Un centre de formation par apprentissage pour les jeunes
  4. Les activités génératrices de revenus pour les femmes
  5. Une ferme d'élevage de lapins et de poules pondeuses pour l'auto-suffisance alimentaire.

​       Accueil - 1 - 2 - 3 

Le travail des enfants à Madagascar

Le travail des enfants est une réalité sordide. Les enfants malgaches doivent quotidiennement faire face à la pauvreté et leurs droits sont souvent mis au second plan, face à la nécessité de survie.  

Le sort commun des enfants déscolarisés précocément, notamment celui des fillettes, est un travail de servitude, en tant que "bonnes à tout faire".

Ce travail de servitude est bien une traite des enfants ; il y a en effet recrutement, déplacement et hébergement chez l'employeur. L'exploitation est liée à la tromperie, les promesses ou contrat non respéctés, les conditions de travail (très longues journées , surcharges de travail) et les salaires très bas ou, le plus souvent, impayés. 

Ces enfants sont pratiquement incapables de se défendre contre les mauvais tratements. En outre, ils se voient privés d'éducation et se sentent dépersonnalisés, avec une très médiocre opinion d'eux-mêmes, "un sentiment d'infériorité".

1. Le milieu rural, lieu privilégié pour le recrutement des enfants domestiques                        La quasi-totalité des enfants sont des filles, issues le plus souvent des familles rurales : elles coûtent moins cher à recruter, comme pour leur entretien, sont plus dociles. L'employeur se sent plus en sécurité avec ces enfants ignorant tout de la ville qu'avec un adulte ou une fille venant d'une famille urbaine.

2. L'âge des enfants :                                                                                                                          Les enfants de 8 - 12 ans sont les plus demandés car ils sont malléables, obéissants, acceptant facilement le sort qui leur est fait, quel qu'il soit. Le plus communément, les employeurs d'enfants les congédient dès leur 15 - 16 ans, ils ont cessé d'être utiles.

3. Le mode de rémunération :                                                                                                         D'après les témoignages recueillis, quand les enfants travaillent non loin de leurs parents, les avantages et les salaires sont négociés par les parents. Généralement, les enfants ne touchent pas  de salaire, ce sont les parents qui le récupèrent à la fin du mois. Cela conforte l'idée d'une exploitation économique des enfants. Si la pauvreté des ménages pousse les enfants à quitter la maison familiale, leur situation économique n'est guère améliorée pour autant. 

4. La soumission complète :                                                                                                               La soumission complète aux employeurs  est générale puisque les enfants sont loin de leur famille. Cette dépendance vis à vis de l'employeur marque aussi leur vulnérabilité et leur position de faiblesse. Pour une bonne part, ils ne peuvent pas revendiquer l'obtention du salaire mensuel promis.

5. La banalité du phénomène :                                                                                                           La main d'oeuvre familiale, le fait d'employer des enfants  domestiques, n'est pas reconnue comme une forme de travail, mais comme un phénomène social normal; il est donc fréquent que la motivation d'en savoir plus à leur sujet soit restrainte.

Analyse des problèmes

Les multiples sources des données recueillies auprès des parents et des jeunes concernés  ont mis en exergue : le décrochage scolaire précoce, une stratégie de survie (recherche d'une vie meilleure), les manques d'alterntatives professionnelles et les ignorances des risques liés au service domestique.

Les sévices subis par les jeunes filles "bonnes à tout faire" sont nombreux : exploitation par le travail (on assiste à un phénomène d'esclavage), les exploitations sexuelles (par le patron ou les membres de sa famille) et ses conséquences, et les effets psychosociaux désastreux.

    

Accueil - 1 - 2 - 3